imageHeader



Kinesitherapie Réflexologie plantaire

* Les Techniques Réflexes :

File ArianeKinesitherapie File ArianeMéthode Moneyron

* Les Techniques Réflexes :

La Méthode Moneyron

Origine de la méthode

La méthode Moneyron doit son nom à Jean Moneyron (1923-1994), pharmacien-kinéstihérapeute, qui a développé et perfectionné sa technique pendant la deuxième partie de sa vie. Ceci après avoir été soigné par soeur Gérard Chabrit, rebouteuse et religieuse d'Auvergne.

Aujourd'hui, sa fille, Françoise Toulouze-Moneyron, infirmière-ostéopathe, formée par Jean Moneyron, continue d'appliquer cette méthode pour traiter des patients. Elle a voulu faire perdurer cette technique au plus près de son origine en proposant aux kinésithérapeutes et aux ostéopathes des stages de formations à la méthode.

Principe de la méthode

C'est par cette approche thérapeutique globale que M. Moneyron a pu traiter un grand nombre de patients, avec parfois des résultats spectaculaires.

Il s'agit d'une technique manuelle de réharmonisation de points dit réflexes, répartis à différents niveaux du corps. Elle permet ainsi la normalisation du tissu conjonctif de la zone par vibrations tendineuses, ce qui a pour effet un relâchement musculaire, ligamentaire et cutané. Cette méthode, par sa globalité, permet alors de redonner un équilibre général au corps.

Cette méthode nécessite une parfaite application du geste thérapeutique tant sur le toucher en intensité et en profondeur que sur la localisation du point réflexe. On associe autant la méthode Moneyron à un art qu'à une science. Le patient se trouve debout pour être traité dans sa posture quotidienne. Ce qui permet d'avoir une relation patient-praticien d'égale à égale et de faciliter la diffusion réflexe de l'information.

Indications de la méthode

La méthode s'adresse à tous du nouveau né à la personne âgée.

Elle permet de traiter toutes sortes de douleurs : lumbago, tendinite, torticolis, névralgie, migraine, arthrose canal carpien, épine calcanéenne, etc...
S'adressant au tissu conjonctif, il n'existe pas de réelles contre indications à la méthode Hormis les drapeaux rouges habituels.

Elle permet de redonner un équilibre global au corps et d'accompagner les patients en souffrance par la diminution des tensions musculaires et la libération du tissu conjonctif.

Résultats

Il y a un soulagement du patient avec un pic 3 jours après la séance. Un nouvel équilibre est alors donnée au patient. Le corps peut mettre jusqu'à 3 semaines pour intégrer ce nouvel équilibre.

File ArianeKinesitherapie File ArianeMéthode niromathé

* Les Techniques Réflexes :

La Méthode Niromathé

Origine et principe de la méthode

La méthode niromathé, initialement qualifiée de reboutage, trouve son origine dans la nuit des temps, aux confins de l'Europe de l'Est et de l'Inde. Il s'agit d'une méthode de réflexologie vertébrale et périphérique. Elle permet la libération de spasmes musculaires, tendineux, ligamentaires, des fascias par la vibration de certains points cutanés spécifiques.

Origine des spasmes

Les spasmes sont des blocages qui se produisent suite à un faux mouvement le plus souvent mais aussi lors d'un coup de froid, de vent ou de changements d'humidité de l'air. Nous avons tous la capacité de nous déspasmer spontanément, ce qui arrive le plus souvent. Cependant, il arrive que le spasme persiste et provoque diverses douleurs.

Indications de la méthode

La méthode s'adresse donc à toutes sortes de douleurs : lumbago, tendinite, torticolis, névralgie, migraine, arthrose canal carpien, épine calcanéenne, etc...

S'adressant à la peau, il n'existe pas de réelles contre indications à la méthode. Elle est cependant inefficace face aux douleurs d'origine traumatiques (fracture, déchirure), infectieuses, métaboliques, tumorales, toxiques ou immuno-allérgiques.

Résultats

L'effet peut être immédiat quand il n'y a pas d'inflammation accompagnant le spasme (30% des cas). S'il y a une inflammation, le blocage sera levé mais la douleur liée à l'inflammation mettra quelques jours à disparaître. Dans tous les cas il y a toujours une amélioration après la séance. Il suffit en général d'une séance dans les cas aigus et 1 à 3 séances dans les cas chroniques.

Création AB - Copyright ©2013

Cabinet de Kinésithérapie - Ostépathie : 30, rue Rambuteau 75003 PARIS Tél : 01 42 78 66 06

***